LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Femmes battues

Libération anticipée d’Oscar Pistorius : La vie des femmes ne vaut-elle rien dans ce monde ?

La LDIF soutient la réaction d’indignation de Femmes Solidaires: communiqué de presse "La vie des femmes ne vaut-elle rien dans ce monde ?" concernant l'annonce de la libération anticipée d'Oscar Pistorius en Afrique du Sud.

COMMUNIQUE
Femmes Solidaires, association féministe qui lutte contre toutes formes de discriminations et de violences faites aux femmes est profondément choquée d’apprendre que les autorités sud-africaines recommandent la sortie de prison d’Oscar Pistorius le 21 août prochain. Ce dernier a pourtant été reconnu coupable du meurtre de sa fiancée Reeva Steenkamp. Condamné à 5 ans de prison, il n’effectuera finalement que 10 mois de sa peine.

Cette décision envoie un signal effroyable à la société, la jeunesse sud-africaine et finalement au monde sur la manière dont la justice de ce pays considère les féminicides : leurs auteurs bénéficient comme dans beaucoup de pays d’une quasi impunité. Lorsqu’il est permis à un homme de tuer sa compagne et que la sanction en soit réduit à une seule assignation à résidence au bout de 10 mois d’emprisonnement pour bonne conduite, il est tout simplement affirmé que la vie d’une femme n’a aucune valeur. La peine encourue en cas de meurtre est pourtant la réclusion criminelle à perpétuité en Afrique de Sud, mais la grande popularité dont bénéficie Oscar Pistorius, athlète professionnel très connu, ne l’a déjà que trop protégé de la justice. Après avoir déqualifiée son acte de meurtre en homicide involontaire, la justice vient alléger sa peine.

Convaincues de la nécessité de sanctionner sévèrement les féminicides, quels qu’en soient les auteurs, Femmes Solidaires s’oppose à ce choix grave de conséquences et dénonce la libération anticipée d’Oscar Pistorius. 5 ans de prison pour un assassinat, c’est déjà scandaleux, mais mépriser à ce point les victimes est
insupportable.

Paris, le 9 juin 2015

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71