LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Actualité internationale

Mali : nouvelle preuve du caractère rétrograde des associations de femmes islamistes

Mali: nouvelle preuve du caractère rétrograde des associations de femmes islamistes et du statut inférieur des femmes dans les pays sous loi musulmane..

A Bamako, capitale du Mali, des milliers de personnes manifestent CONTRE l’égalité des droits pour les femmes. Elles protestaient contre une nouvelle loi qui donne aux femmes des droits égaux dans le mariage. La loi, adoptée plus tôt ce mois-ci, renforce également les droits des femmes et des enfants nés hors mariage en matière d’héritage.

La responsable d’une association de femmes musulmanes a dit que seule une minorité de femmes maliennes - « les intellectuelles » - soutiennent la loi.

Plusieurs autres manifestations ont eu lieu dans d’autres régions du pays. La loi a été adoptée par le Parlement malien au début du mois d’août et doit être signée par le président avant d’entrer en vigueur.

Les manifestants de samedi qui voient la main de l’Occident derrière la réforme du code de la famille, souhaitent le maintien du statut quo. « Non à ce code qui divise les maliens », « la femme reste la femme et l’homme reste l’homme », « la civilisation occidentale est un péché », pouvait-on lire sur leurs banderoles et calicots. Le président du Haut conseil islamique du Mali, l’imam Mamadou Diko, a demandé au président Amadou Toumani Touré de ne pas promulguer le texte, afin, a-t-il dit, de « préserver la paix et la quiétude dans notre pays ».

L’une des dispositions les plus litigieuses de la nouvelle loi prévoit que la femme n’est plus tenue d’obéir à son mari. Hadja Sapiato Dembele, de la Fédération nationale des collectifs de femmes musulmanes, a déclaré que la loi va à l’encontre des principes islamiques.

« Nous devons nous en tenir au Coran », a déclaré Mme Dembele à Focus on Africa, un programme de la BBC. « Le mari doit protéger sa femme, et l’épouse doit obéissance à son mari. C’est une infime minorité de femmes ici qui veulent cette nouvelle loi - les intellectuelles. Les femmes pauvres et analphabètes de ce pays - les vraies musulmanes - sont contre », a-t-elle ajouté.

Sources : BBC et Afrik.com (extraits) Traduction Bivouac-ID en collaboration avec Poste de veille

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71