LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Actualité internationale

Appel pour les femmes afghanes

Le 28 janvier se tiendra à Londres une Conférence de soutien à l'Afghanistan au cours de laquelle seront envisagées par la communauté des pays occidentaux déjà présents en Afghanistan, les diverses formes de soutien aux afghans, compte tenu de la situation d'enlisement actuelle. Le président Karzaï envisage de demander aux Etats-Unis de lever leur traque du Mollah Omar, chef spirituel des talibans, afin qu'il puisse intégrer le gouvernement de l'Afghanistan ! L’association Négar de soutien aux femmes afghanes lance un appel au secours lundi 25 janvier à Kaboul, puis mercredi 27 à Paris et enfin jeudi 28 à Londres pour empêcher « le retour des années de plomb en Afghanistan ».

Négar est née dans les années talibans

Alors que les talibans occupaient la majeure partie du territoire Afghan, et que leur chef le sinistre Mollah Omar déniait aux femmes leur statut d’être humain, leur interdisait toute vie publique, des femmes afghanes et françaises, à l’initiative de Shoukria Haidar, créaient l’association Négar de soutien aux femmes afghanes. L’un des ses premiers actes d’éclat de Négar fût l’organisation en juin 2000, au Tadjikistan, à la frontière de l’Afghanistan, d’une conférence regroupant des femmes afghanes et des femmes solidaires venues de tous les continents. J’en faisais partie et je ne peux oublier l’émotion que nous avons ressentie lors de l’approbation par ces centaines de femmes venues des pires ténèbres, de la « déclaration des droits des femmes Afghanes ». C’est cette même année qu’avec le soutien de Négar, la Ligue du Droit international des femmes, se rendait à Sydney aux Jeux Olympiques avec une délégation de jeunes athlètes afghans – un homme et deux femmes- pour affirmer la volonté des ces jeunes de construire une société mixte, égalitaire et pacifiée.

Depuis, il y a eu le 11 septembre 2001, la chute des talibans et la renaissance de l’espoir.

Qui aurait pu imaginer que tant de morts plus tard, tant de promesses non tenues plus tard, tant de lâchetés plus tard principalement sur le dos des femmes, la question à l’ordre du jour serait le retour en grâce du Mollah Omar ?

Ce que nous fait savoir Shoukria

« Le président Karzaï envisage de demander aux Etats-Unis de lever leur traque du Mollah Omar, chef spirituel des talibans, afin qu'il puisse intégrer le gouvernement de l'Afghanistan. Cette requête n'a pas reçu l'aval de l'assemblée nationale afghane, à laquelle elle n'a d'ailleurs pas été présentée. L'annonce a été diffusée par les médias occidentaux, et reprise par les responsables occidentaux en poste à Kaboul, dont l'émissaire américain, Richard Holbrooke (cf. afghana.org), qui se dit prêt à soutenir le plan de Karzaï pour la réintégration des talibans.

La population civile à Kaboul rejette avec l'énergie du désespoir cette demande qui signerait le retour aux années de plomb d'avant 2002. Shoukria Haidar, présidente de Negar, l’association de soutien aux femmes Afghanes, rappelle qu'il n'y a pas plus de talibans modérés qu'il n'y a eu de nazis modérés. La situation actuelle en Afghanistan (cf.le rapport de Human Rights http://www.hrw.org/fr/news/2009/12/03/afghanistan-le-gouvernement-doit-tenir-les-promesses-faites-aux-femmes-afghanes) est très difficile.Il est en outre impossible pour des étrangers de demeurer dans le pays. Les enlèvements se sont multipliés. Toute participation d'ONG étrangère est impensable.

Lundi 26 janvier, à Kaboul, aura lieu, à l'appel de NEGAR, une mobilisation des associations (dont celles de droits des femmes), des représentants de la société civile et de divers partis politiques qui s'inscrivent dans une ligne de résistance à la dégradation des droits e la personne. Une résolution, issue des travaux de ces différents groupes et validée par cette manifestation sera portée à Londres lors de la Conférence de jeudi 28 janvier.

Les afghans nous disent que c'est maintenant qu'il faut agir, avant qu'il ne soit trop tard.
Shoukria Haidar demande que les femmes de France, d'Europe, et des Etats Unis se mobilisent une nouvelle fois pour soutenir leur mouvement de résistance. Elle sera à Paris en début de semaine prochaine, pour organiser une conférence de presse à Paris sans doute mercredi 27 avant de se rendre à Londres le jeudi 28 janvier ».

Annie Sugier

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71