LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Actualité internationale

Situation de Nasrin Sotoudeh : lettre à l'ambassadeur d'Iran à Paris

Nasrin Sotoudeh, avocate iranienne, connue pour ses activité en faveur des Droits de l'Homme et en particulier des droits des enfants - elle a reçu en 2008 le prix de droits de l'homme de l'Italie - est maintenue au secret dans une prison iranienne depuis un mois et aurait entamé une grève de la faim. La LDIF écrit aux autorités pour avoir de ses nouvelles.

Monsieur Seyed Mehdi Miraboutalebi
Ambassade de la République Islamique d’Iran à Paris
4 Avenue d’Iéna, 75116 Paris

Paris, Le 6 octobre 2010

Objet : situation de Nasrin Sotoudeh

Monsieur l’Ambassadeur :

Je vous adresse cette lettre en tant que Présidente de la Ligue du droit international des femmes afin d’attirer votre attention sur la situation de Nasrin Sotoudeh, avocate active dans le domaine de Droits de l'Homme et en particulier des droits des enfants. Comme vous le savez sans doute, l’action qu’elle a menée a été récompensée en 2008 par l’attribution du prix de droits de l'homme de l'Italie.

Nous sommes très préoccupées par la situation actuelle de cette avocate qui se trouve depuis plus d'un mois en prison.

Il lui a été refusé de participer aux funérailles de son père. De même, il lui est interdit de contacter téléphoniquement sa famille. Pire encore, elle n’a pas le droit de recevoir la visite de ses enfants âgés de 3 et 10 ans. Son époux a demandé aux autorités d’accorder ce droit sa femme, mais en vain, jusqu’à présent.

D’après nos informations, si cette demande continue à être rejetée, Nasrin Sotoudeh est décidée à entamer une grève de faim. Nous sommes d’autant plus inquiètes par cette perspective que personne n'a eu de nouvelles très récentes de Nasrin Sotoudeh.

Nous vous adressons ce message afin de vous demander de faire savoir aux autorités iraniennes notre préoccupation et l’importance qu’il y aurait, au regard du droit d’une mère, de lui accorder le droit visite de ses enfants, et cela, quels que soient les fait qui peuvent lui être reprochés.

En vous remerciant pour la suite que vous donnerez à cette demande, je vous adresse mes salutations distinguées,

La présidente de la LDIF
Annie Sugier
6 Place Saint Germain des Près, 75006, Paris

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71