LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Actualité internationale

HOMMAGE A NASSIMA !

Once more, a woman victim of a so-called "honor crime" in Algeria.! She was 40 years old, she has been killed by her husband. This happened in Kouba ( Algeria). The Collectif Femmes PLD (Parti de la Laïcité et la Démocratie) and the ANPLA (Association pour la promotion de la laïcité en Algérie) draw international attention to violences against women in name of tradition and religion. This has to stop!

-----------------------------

Elle s’appelait Nassima, elle avait 40 ans. Architecte à l’APC de Kouba, mère de deux enfants, elle est morte égorgée par son conjoint.

Nous tenons d’abord à exprimer à sa famille nos sincères condoléances, notre solidarité, notre indignation et notre émotion face à cet acte barbare.

Cette mort doit être dénoncée et ne doit pas passer inaperçue. Il est d’autant plus important de nous interroger sur la portée de cet acte dans un pays où la violence à l’égard des femmes est banalisée et demeure impunie.

Non seulement Nassima est assassinée, mais une certaine presse islamiste calomnieuse a tenu  des propos diffamants à son encontre, justifiant ainsi le crime. Elle n’a pas hésité à porter atteinte à sa dignité.

Qu’est-ce qui justifient de tels crimes et ce discours profondément misogyne et haineux envers les femmes ?

Les Algériennes sont prisonnières du poids de traditions archaïques et de la religion qui se confondent pour la maintenir sous domination masculine. Depuis plus d’un quart de siècle le code de la famille algérien, rebaptisé à juste titre « code de l’infamie » impose un carcan de souffrance et d’humiliation aux femmes en en faisant des mineures à vie. La confusion de la religion et du pouvoir est toujours un mélange qui détonne et celui-ci explose en premier lieu « à la gueule » des femmes, premières victimes de l’Islamisme politique, comme le démontre l’histoire de l’Algérie.

Ces actes sont possibles parce que les dirigeants algériens sont responsables des violences institutionnelles, politiques et sociales. Ils n’ont jamais considéré que l’égalité des droits entre les femmes et les hommes est une question politique centrale. Lorsque les institutions et la loi condamnent à des peines minimes ceux qu’elles nomment « les criminels de l’honneur », elle affirme ainsi que la vie d’une femme ne vaut rien.


NOUS SOMMES TOUTES ET TOUS CONCERNES.

Femmes et Hommes devons agir ensemble pour dénoncer ces crimes et les politiques qui hypothèquent l’évolution des droits des femmes. Nous saluons et nous nous joignons à la réaction citoyenne des femmes et des hommes de l’APC de Kouba, indignés par le crime odieux de leur collègue Nassima. Nous condamnons avec elles et eux, le silence et l’inaction des institutions de la République. Les droits des femmes ne sont ni secondaires, ni négociables et aucune politique ne pourra prétendre défendre la dignité des femmes si elle ignore leur droits.
Collectif Femmes PLD (Parti de la Laïcité et la Démocratie),
ANPLA (Association pour la promotion de la laïcité en Algérie)

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71