LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Actualité internationale

Une résolution portée par la Norvège vidée de son contenu

Une coalition hétéroclite composée des pays Africains, du Vatican, de l'Iran, de la Russie, de la Chine et des pays conservateurs musulmans, a réussi a vider de son contenu, une résolution portée par la Norvège dans le cadre d'un comité des NU, en obtenant la suppression du paragraphe sur l'obligation des États de « condamner avec force toutes formes de violence contre les femmes et les hommes défendant les droits humains et ne pas invoquer les coutumes, les traditions ou des considérations religieuses pour se soustraire à ces obligations ».
A heterogeneous coalition of African countries, the Vatican, Iran, Russia, China and conservative Muslim States succeeded in emptying of its content a Norwegian led resolution brought before a UN Commission, by deleting a paragraph which said States should "strongly condemn all forms of violence against women and women human rights defenders and refrain from invoking any customs, traditions or religious consideration to avoid their obligations."



Pour la suite:


LIGUE DU DROIT INTERNATIONAL DES FEMMES

Association créée par Simone de Beauvoir,6 Place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris *

Communiqué, Paris, le 4 décembre 2013

Protection des défenseur(e)s des droits des femmes : un occasion manquée aux Nations-Unies.

Une coalition hétéroclite composée des pays Africains, du Vatican, de l'Iran, de la Russie, de la Chine et des pays conservateurs musulmans, a réussi a vider de son contenu, une résolution portée par la Norvège dans le cadre d'un comité des NU, en obtenant la suppression du paragraphe sur l'obligation des États de « condamner avec force toutes formes de violence contre les femmes et les hommes défendant les droits humains et ne pas invoquer les coutumes, les traditions ou des considérations religieuses pour se soustraire à ces obligations ».

Le Vatican a été leader dans l'opposition à ce texte refusant toute référence aux risques encourus par les activistes travaillant sur la question des droits sexuels et reproductifs.

La résolution des Nations -Unies aurait dû représenter une avancée majeure dans le combat contre les violences faites aux femmes, car celui-ci ne saurait progresser sans le courage de femmes et d'hommes d'exception osant dénoncer les violations des droits des femmes le plus souvent sous des prétextes culturels ou religieux.

La jeune pakistanaise Malala Yousafzai, qui faillit être assassinée pour son action en faveur de l'éducation de filles, et Denis Mukwege, médecin de la République démocratique du Congo, un moment contraint à l’exil pour son travail pour aider les victimes de viol, sont parmi les exemples les plus connus des dangers extrêmes encourus par les defenseur(e)s des droits des femmes.

Plus de 30 pays européens, incluant la Grande Bretagne, la France et l'Allemagne, ont préféré retirer leur soutien à la résolution afin de marquer leur protestation face à cette concession.

Contact : Annie Sugier 06 38 39 42 92

English version

Protecting Defenders of Women’s Rights the United Nations Loses an Opportunity.


A heterogeneous coalition of African countries, the Vatican, Iran, Russia, China and conservative Muslim States succeeded in emptying of its content a Norwegian led resolution brought before a UN Commission, by deleting a paragraph which said States should "strongly condemn all forms of violence against women and women human rights defenders and refrain from invoking any customs, traditions or religious consideration to avoid their obligations."


The Vatican led the opposition to this text, refusing any reference to the risks incurred by activists working on the issue of sexual and reproductive rights.


The United Nations resolution should have been an important advance in combatting violence against women, that can not progress without the courage of exceptional men and women who dare to denounce violations of women’s rights most often under cultural or religious pretexts.


Malala Yousafzai, the young Pakistani girl whose attempted assassination for her action in favour of education for girls, and Denis Mukwege, the Democratic Republic of Congo doctor briefly forced into exile for his work helping rape victims, are undoubtely among the most well-known examples of the extreme dangers risked by defenders of women’s rights.


More than thirty European countries, including Germany, France and the United Kingdom, preferred to withdraw their support for the resolution in order to mark their protest against this major concession.


Contact: Annie Sugier 06 38 39 42 92

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71