LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Actualité internationale

Pakistan: les talibans flagellent une femme et filment la scène

Les femmes sont les premières victimes de l'application de la charia. Témoin ce reportage dans la vallée de Swat, dans le nord-ouest du Pakistan, une zone où la charia a été adoptée en échange d’un «cessez-le-feu»d’un des chefs religieux locaux, Sufi Mohammad. Au même moment se prépare la conférence de Genève, dite Durban 2 qui vise à qualifier de raciste la haine des religions. Quand comprendra-ton que les religions toutes les religions - mais surtout celle qui aujourd'hui, est la plus virulente entre les mains des fous d'Allah, la relgion musulmane - sont les ennemies mortelles des femmes ?


03/04/2009 À 17H38 - Liberation.fr
Pakistan: les talibans flagellent une femme et filment la scène

Les fondamentalistes revendiquent sur le site du quotidien britannique The Guardian avoir battu une femme dans la vallée de Swat, dans le nord-ouest du pays.

C’est grâce à une anthropologue et documentariste pachtoune, Samar Minallah, que le Guardian a obtenu cette vidéo tournée avec un téléphone portable. Des images difficiles à regarder, autant le dire d’emblée. Pendant deux minutes, on y voit une femme maintenue au sol par deux hommes, tandis qu’un troisième la flagelle. Cela se passe dans la vallée de Swat, dans le nord-ouest du Pakistan, une zone où la charia a été adoptée en échange d’un «cessez-le-feu»d’un des chefs religieux locaux, Sufi Mohammad.

«Tuez-moi ou arrêtez», hurle la femme battue qui doit subir quelque 34 coups de fouet avant que son châtiment ne s’arrête, tandis qu’un groupe d’hommes observe silencieusement la scène.

Joint par téléphone par le quotidien britannique, un porte-parole des talibans revendique l’action: «Elle est sortie de sa maison avec un homme qui n’était pas son mari, on doit la punir. Il y a des limites à ne pas dépasser».

Selon Samar Minallah, la scène a été tournée il y a moins de dix jours et serait donc postérieure à la signature de l’accord du 16 février entre les autorités et les talibans. En échange d’une trêve dans les combats qui font rage depuis deux ans, les fondamentalistes ont obtenu que des tribunaux islamiques travaillent dans la vallée de Swat.

Selon le Guardian, journalistes et humanitaires qui travaillent dans la zone confirment que la vidéo est récente. Le porte-parole des talibans assure cependant qu’elle est antérieure à l’accord. Une façon de montrer au monde entier qu'ils tiennent la région. Et depuis longtemps.

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71