LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Liberté, Egalité, Fraternité... Laïcité

Vous avez dit que le voile est juste un morceau de tissus ?

Le Hamas durcit sa politique d’islamisation à Gaza

Chasse aux « chevelures indécentes », loi de ségrégation dans les écoles, imposition de la longue robe islamique , le mouvement islamiste palestinien renforce son contrôle religieux sur l’étroit territoire à l’ouest d’Israël.
27/5/13

Une manifestation pro-Hamas à Gaza. Le mouvement islamiste mutliplie les mesures contraignantes,...
(MOHAMMED ABED/AFP)

Une manifestation pro-Hamas à Gaza. Le mouvement islamiste mutliplie les mesures contraignantes, notamment sur la tenue des femmes.
Les tensions sont palpables. Le mouvement islamiste est pressé par les groupes salafistes radicaux.

« Gaza est en train de se “talibaniser”. » L’Organisation de libération de la Palestine (OLP), dominée par le Fatah, parti du président Mahmoud Abbas, au pouvoir en Cisjordanie, n’a pas de mots assez durs pour qualifier le tour de vis imposé, ces derniers mois, par son rival du Hamas sur l’étroit territoire à l’ouest d’Israël.
Lutte contre la mixité à l’école
Sa mesure phare : une loi annoncée début avril codifiant la séparation des sexes dans les écoles dès l’âge de 9 ans. « La lutte contre la mixité est devenue une véritable obsession pour le Hamas. Il ne s’agit pas que des élèves. Les professeurs masculins ne pourront plus enseigner dans des écoles pour filles et vice versa », explique l’analyste politique gazaoui Mukhaimar Abu Saada.

Les écoles publiques de Gaza appliquent déjà le principe de ségrégation. Aussi, ce sont bien les établissements privés, en particulier les trois écoles chrétiennes de Gaza, qui sont directement visés, soit près de 3 500 élèves, dès la rentrée prochaine : « Les garçons de ma classe sont comme des frères. Je n’imagine pas étudier sans eux, se désole Abir, 15 ans, scolarisée dans l’un des établissements chrétiens. La nouvelle loi du Hamas à l’école va tuer le seul espace de liberté qui me reste. »

Les tensions sont palpables aux quatre coins de Gaza. La police a lancé une traque, début avril, contre les « chevelures indécentes ». La cible : ces jeunes hommes au style jugé trop occidental – mèches longues, gel coiffant, et jeans taille basse. La police aurait ainsi rasé de force des dizaines de jeunes garçons.
Femmes aspergées d’eau de javel
L’étau se resserre également sur les femmes. Fin janvier, l’université islamique de Gaza a publié un nouveau code vestimentaire : en plus du voile, le hijab, les étudiantes doivent désormais porter le jilbab, une longue veste qui cache les formes du corps. Une mesure qui, en réalité, fait loi partout sur le territoire. « Des femmes qui portaient des tuniques, au lieu de la robe islamique, ont été aspergées d’eau de javel dans la rue pour les obliger à se changer. On arrive à un point où il est désormais interdit de faire de simples effets de volume avec ses cheveux sous le voile », explique Nabila Kilani, habitante de Beit Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza.

Les tentatives du Hamas pour « islamiser » le territoire ne datent pas d’hier. Déjà en 2009, les autorités avaient lancé une première « campagne de la vertu ». Parmi les mesures adoptées à l’époque : le hijab imposé dans les tribunaux, l’interdiction pour les femmes de fumer le narguilé en public, ou encore de circuler à l’arrière d’une moto.
Pression des groupes salafistes
Mais la campagne actuelle, bien que non officielle, serait en réalité bien plus radicale : « En 2009, le Hamas avait pris des mesures qui se limitaient à des détails de la vie quotidienne. Aujourd’hui, il est question de ségrégation dans les écoles. Et ce n’est plus une simple campagne, il s’agit d’une loi. Le Hamas est passé à la vitesse supérieure », s’inquiète Zeinab Al Ghoneimi, militante des droits des femmes à Gaza.

Pourquoi un tel raidissement ? La question se pose d’autant plus que le mouvement islamiste avait assoupli ses positions, ces dernières années, annulant certains des interdits émis en 2009, comme celui concernant le narguilé. Mais, pressé par les groupes salafistes radicaux dont l’influence est grandissante à Gaza, le Hamas serait également traversé par une lutte interne entre « durs » et « modérés ».
montrer que les radicaux gardent contrôle
La branche radicale domine Gaza alors que beaucoup de « pragmatiques » vivent en exil, dans les capitales arabes. Or, ce sont ces derniers, menés par Khaled Me­chaal, qui ont remporté, début avril 2013, les élections internes du mouvement au Caire. Les « durs » de Gaza, comme Mahmoud Zahar, ont été écartés du bureau politique : « La campagne vise aussi à montrer que ce sont toujours les radicaux qui gardent, ici, le contrôle », note le politologue gazaoui Mukhaimar Abu Saada.

Le raidissement islamique des autorités de Gaza, confortées par le soutien financier du Qatar, est aussi un pied de nez envoyé au Fatah de Mahmoud Abbas, alors que l’on évoquait à nouveau une réconciliation palestinienne : « La loi sur la ségrégation a été votée uniquement à Gaza, sans en référer à Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne. Ce n’est pas un signal encourageant envoyé à la réconciliation », ajoute Mukhaimar Abu Saada. Le fossé entre Gaza et Ramallah se creuse donc tout autant sur le terrain politique que dans le mode de vie. Gaza, terre où l’on combat toute influence non islamique, et Ramallah, qui vient d’accueillir, il y a quelques semaines, une « Fashion week » – une semaine de la mode –, à l’image des capitales occidentales.

-------------------
John Kerry présente un plan pour développer l’économie palestinienne
Le secrétaire d’État américain John Kerry a annoncé dimanche 26 mai un plan de 4 milliards de dollars (3,1 milliards d’euros) pour relancer l’économie palestinienne, notamment dans le secteur touristique.
Lors d’une réunion du Forum économique mondial en Jordanie, il a chargé l’émissaire du Quartette (Russie, États-Unis, UE, ONU) pour le Proche-Orient, Tony Blair, d’élaborer un plan économique pour attirer le tourisme et les investissements privés en Cisjordanie et insuffler de l’espoir au territoire palestinien.

Hélène Jaffiol, à Gaza

 Lien : http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Le-Hamas-durcit-sa-politique-d-islamisation-a-Gaza-2013-05-27-965306#.UayF5vHvaxU.facebook

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71