LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Liberté, Egalité, Fraternité... Laïcité

Face à l'instrumentalisation des religions, les dérives inacceptables de certaines ONG

French version and English version
-------------------------------------------------------
Collectif d'associations laïques et féministes (*)

Le 24 novembre 2013
Communiqué


Le 27 novembre auront lieu deux événements importants pour l'affirmation du principe de laïcité au niveaux national et international :

la Cour d'appel de Paris rendra son arrêt sur l'affaire Baby Loup, suite à l'annulation par la Cour de cassation du licenciement d'une salariée portant le voile islamique alors que le règlement intérieur de la crèche stipulait l’interdiction du port de signes religieux.

la France sera entendue par la CEDH suite à la requête déposée en avril 2011 par une porteuse de niqab attaquant la loi de la République française interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public(Loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010)

S'agissant de cette deuxième affaire, Amnesty International, Liberty, Open Society Justice Initiative et le Ghent University Human Rights Centre , ont présenté des observations en tant que tierces parties intervenantes, soutenant la thèse de l’incompatibilité de la loi du 11 octobre 2010 avec les dispositions de la Convention Européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Ces organisations font preuve ainsi, non seulement de leur aveuglement face à l’instrumentalisation des religions, mais aussi d'une complicité inexcusable avec celles et ceux qui dévoient la notion de liberté et de consentement .dans le but d'assigner aux femmes une forme dégradante d'invisibilité.

Confrontées à un cas aussi extrême et caricatural que celui du port d'un voile intégral, et alors même que l'on manifeste dans le monde entier contre les violences faites aux femmes, ces organisations humanitaires se révèlent incapables de reconnaître la signification d'un accoutrement comme le niqab : la claustration symbolique des femmes et la stigmatisation de leur corps.

Ces attaques indignes doivent convaincre les représentants de la France dans les instances internationales quelles qu'elles soient, qu'il faut cesser de faire profil bas lorsque la laïcité est attaquée comme s'il s'agissait d''une spécificité française un peu honteuse et surtout non transposable.

La Laïcité est un avant tout un principe émancipateur à caractère universel, condition première de la liberté des femmes.

(*) Collectif créé à l’initiative de la Ligue du Droit International des Femmes et comprenant :

Association des Femmes Euro-Méditerranéennes Contre les Intégrismes

(34 rue Martin Levasseur, Saint-Ouen 93400)

Association des Femmes Franco-Africaines de Paris

( Maison des Associations, 11 rue Caillaux ,75013 Paris)


Comité Laïcité et République

(54 rue Pigalle, 75009 Paris)


Commission pour l'Abolition des Mutilations Sexuelles

(6 place Saint-Germain des Pr és, 75006 Paris)


EGALE, égalité, laïcité Europe

( 21 rue Monges, 75005 Paris),


Espoir pour Tous Droits pour Tous

( 45 rue Henri Poincaré, 92600 Asnières),


Féminism in London

(Raby'sBarn Newchapel RH 7 6 LE, UK)


Institut de Recherche et d'Etudes Stratégiques de Khyber,

(6 place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris)


Libres MarianneS

( 11 rue Caillaux, 75013 Paris),


Le Chevalier de la Barre

(Maison des associations du XVIIIème Boîte à lettres 89 15 passage Ramey, 75018 Paris)


Le Mouvement Ni Putes Ni Soumises

(Maison de la Mixité, 70 rue des Rigoles, 75020, Paris


Ligue du droit international des Femmes

( Association créée par Simone de Beauvoir,

6 place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris)


Réseau Féministe 'Ruptures'

(38, rue Polonceau 75018 – PARIS),



Contact : LDIF 06 38 39 42 92

Feminist and secularist Solidarity Collective (*)

24 November 2013 Communiqué


We are faced with the manipulation of religions and with unacceptable deviations of certain NGOs


On the 27 November, two important events will take place concerning the assertion of the secularity principle both nationally and internationally :


In France, the Paris Court of Appeal will pronounce its judgment on the so-called Baby Loup case, after the Court of Cassation annulled the dismissal of an employee wearing the Islamic head scarf when the by-laws of the day care centre stipulate that all religious symbols are forbidden.


At the European level, France will be heard by the European Court of Human Rights after the request lodged in April 2011 by a woman wearing a niqab who attacked the law of the French Republic forbidding people to conceal their faces in public (Law N° 2010-1192 of 11 October 2010).


On this second affair, Amnesty International, Liberty, Open Society Justice Initiative and the Gent University Human Rights Centre, all presented observations, as intervening third parties claiming the incompatibility of the 11 October 2010 law with the European Convention upholding human rights and fundamental freedoms.


These organisations thus demonstrate, not only their blindness towards religious manipulations, but also an unforgivable collaboration with those who mislead the notions of freedom and of consent in order to assign a degrading form of invisibility to women.


Confronted with a case so extreme and grossly distorted as that of a full face veil, and while throughout the entire world attacks of extreme violence are made against women, these humanitarian organisations prove themselves incapable of recognising the significance of a costume like the niqab: the symbolic cloistering of women and the stigmatising of their bodies.


These unworthy attacks should convince French representatives in all international structures that it is high time to cease their low profile policy when secularity is attacked, as if this were a slightly shameful and uncommunicable French peculiarity.

It is, above all, an emancipating principle of universal importance, the basic condition for women’s freedom.


(*) Membership of the Solidartity Collective created by the Ligue du Droit International des Femmes :


Association des Femmes Euro-Méditerranéennes Contre les Intégrismes

(34 rue Martin Levasseur, Saint-Ouen 93400)


Association des Femmes Franco-Africaines de Paris

( Maison des Associations, 11 rue Caillaux ,75013 Paris)


Comité Laïcité et République

(54 rue Pigalle, 75009 Paris)


Commission pour l'Abolition des Mutilations Sexuelles

(6 place Saint-Germain des Pr és, 75006 Paris)


EGALE, égalité, laïcité Europe

( 21 rue Monges, 75005 Paris),


Espoir pour Tous Droits pour Tous

( 45 rue Henri Poincaré, 92600 Asnières),


Féminism in London

(Raby'sBarn Newchapel RH 7 6 LE, UK)


Institut de Recherche et d'Etudes Stratégiques de Khyber,

(6 place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris)


Libres MarianneS

( 11 rue Caillaux, 75013 Paris),


Le Chevalier de la Barre

(Maison des associations du XVIIIème Boîte à lettres 89 15 passage Ramey, 75018 Paris)


Le Mouvement Ni Putes Ni Soumises

(Maison de la Mixité, 70 rue des Rigoles, 75020, Paris)


Ligue du droit international des Femmes

( Association créée par Simone de Beauvoir,

6 place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris)


Réseau Féministe Rupture

(38, rue Polonceau 75018 – PARIS),



Contact : LDIF 06 38 39 42 92

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71