LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Liberté, Egalité, Fraternité... Laïcité

Reportage de 50/50 sur les femmes libres du Collectif Femmes sans voile d'Aubervilliers

Née à Saint-Denis dans une famille originaire d’Algérie, Nadia O a vu son père, ouvrier et communiste, encourager ses 8 enfants, filles et garçons, à faire des solides études pour s’émanciper socialement. Nadia B, née en Algérie, enseigne la technologie au collège. Deux femmes libres qui se sont rencontrées à Aubervilliers où elles ont créé le collectif Femmes sans voile d’Aubervilliers.

Comment est né votre collectif Femmes sans voile d’Aubervilliers ?

Nous avons créé le collectif Femmes sans voile d’Aubervilliers quand nous, et d’autres femmes autour de nous, avons commencé à recevoir de plus en plus d’insultes et de commentaires désobligeants sur notre tenue ou notre apparence. Les injonctions à nous voiler, venant de musulman-e-s se multipliaient : « Vous êtes habillées comme des prostituées, Allez vous couvrir… Revenez à votre religion…Pourriture… » Nous avons senti un nouveau rapport de force se mettre en place dans notre ville et une codification vestimentaire s’imposer aux femmes de plus en plus jeunes – voire même aux fillettes, sous une pression communautariste qui n’avait pas existé jusque là.

Cette pression s’oppose à la liberté de chacun-e de s’intégrer comme il lui convient dans la société française. Ces « lois » communautaristes nous apparaissent comme un danger pour les femmes mais aussi pour les enfants, nous avons décidé de réagir alors que d’autres femmes commençaient à quitter la ville. Nous pensons que « le droit à la diversité ne donne pas le droit à la diversité du droit » que cette pression communautariste instaure peu à peu pour les femmes en arrière-plan.
Un homme et une fillette voilée dans la rue à Aubervilliers, 2014

Un homme et une fillette voilée dans la rue à Aubervilliers, 2014

Quelles manifestations de cet activisme religieux fondamentaliste vous semblent les plus dangereuses pour la liberté des femmes ?

Je me suis sentie inquiète quand une collégienne à qui j’expliquais l’origine pré-islamique du voile m’a répondu : « Madame, pour ce que vous venez de dire, je suis capable de vous tuer ! ». Cette radicalisation de plus en plus ouvertement assumée des jeunes esprits démontre un travail idéologique sectaire très actif de la part d’adultes qui les manipulent. Des groupes, dont les actions délétères sont sous-estimées, s’emploient à contrôler les femmes en leur enjoignant de se voiler et en diabolisant ou menaçant des pires représailles divines celles qui ne le font pas.

Pour en savoir plus :

 Lien : http://www.50-50magazine.fr/2015/04/17/libres-femmes-du-collectif-femmes-sans-voile-daubervilliers/

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71