LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Maternité

Les activites féministes en Equateur pour l'IVG!

Jeudi 10 octobre 2013, une dizaine de jeunes militantes se sont dévêtues à l'Assemblée Nationale pour marquer leur engagement dans la lutte en faveur de la dépénalisation de l'intervention volontaire de grossesse. Un fait unique dans ce pays marqué par le conservatisme et le poids religieux. Le président Rafael Correa n'en démord pas, il a déclaré qu'il démissionnerait si la loi sur la dépénalisation de l'IVG venait à être votée
http://www.lejournalinternational.fr/Equateur-les-feministes-font-corps-pour-obtenir-le-droit-a-l-avortement_a1353.html
Regardez la video N°2 qui filme, dans sa première partie, les interventions de députées féministes dénonçant le code pénal et son durcissement en matière de contrôle du corps des femmes. Elles avancent des arguments quantifiés:
- les avortements forcément illégaux et donc réalisés dans des conditions épouvantables sont la deuxième cause de mortalité maternelle
- 1/4 des femmes en Equateur sont victimes de violences sexuelles qui se traduisent dans 30% des cas par des grossesses non désirées.

Mais pendant qu'elle disent cela, on entend le brouhaha de l'assemblée qui ne prête aucune attention à ce qu'elles disent.

C'est alors ( dans le dernier quart de la video) qu'une dizaine de femmes dont celle qui parle à la tribune retirent le haut. Alors enfin l'assemblée écoute.

Je vous le demande: que faire face à une telle indifférence ?

Le président leur répond qu'elles sont des "mal criadas", des mal élevées, qu'il ne les respectera pas. Mais les repectait-il avant ? Ce président qui parle avec émotion (cf l'autre video) des 'disparus' de la dictature qui eux au moins se battent pour une cause qui mérite le respect, sait-il que les disparus se comptent par milliers alors que les femmes mortes des suites des IVG depuis que la pénalisation de l'avortement existe et que des techniques sûres auraient pu les sauver sont des millions à travers le monde ?

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71