LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Maternité

Drône pour l'avortement : premier vol pour la Pologne

Pour votre information, la prochaine action de Women in waves, association Néerlandaise créée en 1999 pour permettre aux femmes d’avoir accès à un avortement sûr dans les pays où il est interdit.

Jusqu’à présent, l’association utilisait un bateau amarré au large des eaux territoriales de ces pays (Irlande (2001), Pologne (2003), Portugal (2004), Espagne (2008) , Maroc (2012), …

Samedi prochain, elles vont utiliser des drônes pour lancer en Pologne des colis de pilules abortives !

Voici le communiqué qu'elle nous demande de diffuser et que nous avons traduit en Français, :

Samedi 27 Juin, le drône pour l'avortement transportera pour la première fois des colis de pilules abortives de Francfort en Allemagne à Slubice en Pologne.
La campagne est une collaboration entre Women on Waves ; Cocia Basia, un groupe de soutien pour l'avortement aux femmes polonaises situé à Berlin; Feminteka Foundation de Varsovie et le collectif informel du 8 mars pour les droits des femmes “ Porozumienie kobiet 8 marca”.

Le drône pour l'avortement pointera du doigt la réalité toute autre des femmes polonaises quant à l'accès à une IVG sûre, en comparaison avec les autres femmes d'Europe. Dans presque tous les pays européens, l'avortement est légal. En Pologne, en Irlande et à Malte, l'avortement est toutefois illégal et les droits des femmes continuent d'être violés.

Le drône débutera son périple à 11 heures de “Am Winterhafen” à Francfort et volera jusqu'à Slubice. La presse se verra offrir la possibilité de poser des questions après l'atterrissage du drône pour l'avortement en Pologne. Le lieu exact de l'atterrissage sera communiqué vendredi soir.
Pour plus d'informations presse : +31652052561 ou info@womenonwaves.org

Drône pour l'avortement

Les drônes sont utilisés pour effectuer des tirs localisés et à des fins militaires. Ils peuvent cependant également être utilisés afin de livrer des colis. Google et Amazon testent d'ailleurs déjà cette possibilité de livraison.

Les drônes peuvent ainsi être utilisés pour fournir des pilules abortives sûres en chargeant les paquets en Allemagne, là où l'avortement est légal, et en les livrant dans une ville polonaise frontalière, où l'avortement est sévèrement restreint depuis 1993. Les seules exceptions sont les cas de viol ou d'inceste, lorsque la vie de la femme est en danger ou lorsqu'il y a un danger potentiel pour le fœtus. Et même dans ces cas, un avortement est très difficile à obtenir.

Puisque le drône pour l'avortement pèse moins de 5 kg, n'est pas utilisé à des fins commerciales, reste dans le champ de vision de la personne le dirigeant et ne vole pas dans un espace aérien contrôlé, aucune autorisation n'est exigée par les lois polonaise ou allemande.

La réalité de l'avortement en Allemagne et en Pologne

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, “Dans les pays où l'accès à l'IVG est légalement très restrictif et/ou impossible, un avortement sûr est fréquemment devenu le privilège des riches, tandis que les femmes pauvres n'ont que très peu d'autres choix que celui de recourir à des fournisseurs dangereux. Cela résulte en des décès et des morbidités devenant la responsabilité sociale et financière du système de santé public” et “Les lois et politiques sur l'avortement doivent protéger la santé des femmes ainsi que leurs droits humains. Les barrières à l'accès dans les délais à un avortement sûr doivent être supprimées.”

L'Allemagne, un pays de 80 millions d'habitants, dont le taux d'avortement est l'un des plus faibles dans le monde (avec la Belgique et les Pays-Bas), comptait 99700 avortements en 2014 selon le bureau national allemand des statistiques.

Le nombre officiel d'avortements en Pologne, un pays de 38 millions d'habitants, n'est que de 744. Si le taux d'avortements en Pologne est aussi bas que celui allemand, dans la réalité, au moins 48000 avortements clandestins sont opérés en Pologne chaque année ! Ce nombre est par ailleurs probablement bien plus élevé encore, dans la mesure où il existe un manque d'éducation sexuelle adéquate et de contraception accessible. Les estimations sont à un nombre cinq fois plus élevé, voire à 240 000 avortements réalisés en Pologne chaque année (44 femmes pour 1000 en âge de procréer avorteraient chaque année en Pologne contre 7 en Allemagne).

Il y a également un besoin urgent d'éducation sexuelle obligatoire et objective, ainsi que d'accès à toutes les formes de contraception, y compris la stérilisation (qui est également interdite en Pologne).

Pilules abortives

Les médicaments utilisés pour un avortement médicamenteux, la mifepristone et le misoprostol, sont sur la liste des médicaments essentiels de l'OMS depuis 2005 et sont accessibles en Allemagne et quasiment tous les autres pays européens. Ces médicaments ne sont cependant toujours pas répertoriés en Pologne.

Une étude scientifique de l'Organisation Mondiale de la Santé a démontré que l'avortement médicamenteux peut facilement être effectué par les femmes elles-mêmes à la maison, sans la supervision d'un professionnel de la santé. Un avortement médicamenteux a le même impact sur la santé qu'une fausse couche. Les femmes faisant une fausse couche elles-mêmes la gèrent habituellement sans supervision médicale additionnelle.

Pour les grossesses inférieures ou égales à 9 semaines (63 jours), un avortement médicamenteux est réalisé ainsi :

1- La femme avale un comprimé de 200mg de Mifepristone

2- 24 heures plus tard, la femme absorbe 4 comprimés (800 μg) de misoprostol sous la langue

 Lien : http://www.womenonwaves.org/fr/page/5636/abortion-drone--first-flight-to-poland

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71