LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Femmes et sport

Où vont les JO ?

Question intéressante : pourquoi le CNO d’Arabie Saoudite n’a-t-il pas retenu, comme première athlète féminine de sa délégation, la cavalière, Dalma Rushdi Malhas qui avait participé avec succès aux JO de la Jeunesse à Singapour, en 2010, en décrochant la médaille de bronze. Cette fois-ci nous dit-on elle n’aurait pas réussi les épreuves éliminatoires. Or c’est aussi le cas des deux Saoudiennes de la délégation ! N’est-ce pas plutôt que Dalma Rushdi Malhas avait concouru en mixte, sans voile islamique et avait serré spontanément la main de concurrents masculins ?


Paris, le 2 août 2012

Sans surprise, les Saoudiens, ont montré que même dans le stade Olympique ils imposent aux femmes tous les signes de leur soumission: stigmatisation de leur corps, surveillance d'un proche parent « gardien » mâle, non mixité.

L'Iran avait ouvert la voie dès 1996 en obtenant du CIO l'entrée dans le stade Olympique de la première femme voilée de la tête aux pieds, Lida Fariman, tireuse et porte drapeau, seule femme de la délégation iranienne.

En s’inclinant devant ces exigences extra-sportives, le CIO bafoue les principes de neutralité politique et religieuse (règle 50) et de non discrimination (principe 6) de la Charte Olympique. Ce sont non seulement les femmes mais aussi les Fédérations Internationales Sportives qui sont ridiculisées.

Si des demandes de même nature avaient été faites par un petit Etat Africain ou Sud-Américain pauvre, nul doute que le CIO les aurait écartées au nom même des principes de la Charte Olympique.

Posez-vous la question, en dehors des grandes marques commerciales : qui contribue au financement du CIO ?

Autre question intéressante : pourquoi le CNO d’Arabie Saoudite n’a-t-il pas retenu, comme première athlète féminine de sa délégation, la cavalière, Dalma Rushdi Malhas qui avait participé avec succès aux JO de la Jeunesse à Singapour, en 2010, en décrochant la médaille de bronze. Cette fois-ci nous dit-on elle n’aurait pas réussi les épreuves éliminatoires. Or c’est aussi le cas des deux Saoudiennes de la délégation ! N’est-ce pas plutôt que Dalma Rushdi Malhas avait concouru en mixte, sans voile islamique et avait serré spontanément la main de concurrents masculins ?

L’image tristement ridicule de la pauvre judoka Saoudienne affublée d’un tchador pour pouvoir concourir alors qu’elle ne serait même pas ceinture noire et n’aurait disputé aucune compétition auparavant, interpelle le public et le monde du sport. Est-ce le début d’un réveil et du retour au bon sens sportif ?

Face à un tel déni des valeurs universelles de l'olympisme sous couvert d’ouverture d’esprit aux « différences », et à de telles bouffonneries, il ne reste que l’humour et la dérision pour tenter de réveiller le Mouvement olympique et sportif.

Voilà pourquoi, le collectif " Londres 2012: Justice pour les femmes », le 25 juillet a procédé sur le pont de Westminster, à un « enterrement fluvial » festif des valeurs olympiques, au son d'un orchestre de jazz Nouvelle Orléans, en jetant dans la Tamise un cercueil contenant la Charte Olympique, tout cela sous des applaudissements nourris (*)

Contacts : Annie Sugier 06 38 39 42 92
Linda Weil-Curiel 06 888 44 009


(*) cf. photo jointe de Paolo d Sharp, libre de droits.

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71