LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Femmes et sport

Les Jeux Paralympiques : cherchez les femmes ?

Le 29 août 2012
Communiqué


Les femmes en situation de handicap sont le plus souvent victimes d’une « sur –discrimination » par rapport aux hommes dans la même situation.

Les sportives handicapées ne font pas exception à la règle.

Quelques chiffres révélateurs de cet état de fait :

- aux Jeux Paralympiques de Londres, il y aura près de 1300 athlètes femmes de moins que d’athlètes hommes. En effet, sur les 4283 athlètes, 65% sont des hommes et seulement 35% des femmes.

- la progression par rapport à Pékin reste timide puisque les femmes représentaient alors environ 34% des athlètes. Ce chiffre est à comparer à la répartition par genre des athlètes valides : 45% de femmes.

- Pis, alors que 4 délégations ne comportent aucun homme, il y aura 52 délégations à ne comporter aucune femme.

Quel modèle sportif ?

Le modèle sportif doit être un levier pour la lutte contre les stéréotypes sexuels et non les renforcer.

Il serait temps de s’interroger sur les raisons du retard dans le développement du sport de haut niveau pour les femmes handicapées. Le poids de l’histoire (cf. info complémentaires jointes) n’est pas une excuse acceptable.

Il serait temps aussi de s’interroger sur la pertinence de l’organisation de deux événements séparés, l’un pour athlètes valides et l’autre pour les athlètes handicapé(e)s.

Peut-on afficher le rejet de toute discrimination inscrit dans la Charte Olympique et en créer de nouvelles ?



Tel est le sens des 7 revendications que nous avons adressées au Mouvement Olympique à Londres le 25 juillet (« Londres 2012 : Justice pour les femmes »).

Contact : Annie Sugier 06 38 39 42 92



Quelques informations complémentaires :
Un bref retour en arrière (*)

Les Jeux Paralympiques de 2012 se déroulant à Londres, les médias saisissent cette occasion pour rappeler que l’idée de créer ces Jeux vient d’Angleterre. C’est en effet au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, que le docteur Ludwig Guttmann, neurochirurgien à l’hôpital de Stoke Mandeville, à Aleysbury, décida d’’utiliser l’exercice physique comme thérapie pour soigner ses patients. Il s’agissait principalement de vétérans de la guerre, souffrant de lésions à la moelle épinière. Parmi des patients, des femmes, auxiliaires de guerre ou victimes civiles.

-le 28 juillet 1948, hôpital de Stoke Mandeville eut lieu la première compétition de tir à l’arc en fauteuil roulant. Elle réunit seize vétérans de l’armée britannique, hommes et femmes confondus.

D’autres événements de ce type suivront à intervalles réguliers au niveau national puis international.

-le 18 septembre 1960à Rome, quelques jours après les JO eut lieu la cérémonie d’ouverture de l’ancêtre des Jeux Paralympiques d’aujourd’hui. Les femmes n’y étaient pas présentes ! La cérémonie eut lieu devant 5.000 spectateurs, 400 athlètes venus de 23 pays étaient présents. Seuls les athlètes en fauteuil étaient autorisés à concourir dans huit compétitions.

Il faudra attendre 1964 avec les Jeux suivants de Tokyo, pour que cet oubli ( ?) soit réparé et les femmes soient invitées à participer aux Jeux Paralympiques.


(*) JO Olympiques et Paralympiques : Inédits de 1896 à nos jours, Eric Mugneret
dfO édition, 2012,

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71