LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Femmes et sport

La fête à Rio, le non-événement à Helsinki...LOL

Coïncidence du calendrier ? Le jour même de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de football à Rio, l'un des événements sportifs les plus médiatisés au monde, se tenait à Helsinki un autre événement à l'écho confidentiel : la 6éme conférence du « Groupe de Travail International femmes et sport » célébrant le vingtième anniversaire de la première conférence internationale « femmes et sport » tenue à Brighton en 1994.

Le décalage entre l'actualité d'un sport populaire (au masculin) dont l'unité de mesure est le milliard de téléspectateurs, et le vide sidéral du contenu des conférences internationales « femmes de sport» est flagrant.

Le slogan de la conférence d'Helsinki : « Conduire le changement et être le changement » ressemble comme deux gouttes d'eau à ceux des précédentes conférences :« Le défi du changement » en 1994, « Tendre vers le changement » en 1998, « Investir dans le changement » en 2002 « Participer au changement » en 2006, et « Jouer, penser , changer » en 2010 !

A quand « le changement c'est maintenant » ?!

A l'ouverture de la conférence, trois organisations sportives, parmi lesquelles la Fédération Internationale Automobile, faisaient savoir avec fierté qu'elles avaient signé la déclaration de Brighton. . Il leur a fallu vingt ans pour se décider à signer un catalogue de bonnes intentions !

Quant au président du Comité International Olympique, Thomas Bach, il s'est félicité de ce que les instances dirigeantes du CIO respectaient maintenant le seuil minimum de 20 % de femmes, conformément à une directive du CIO datant de 1996, adressée à l'ensemble du Mouvement Olympique. Pourtant ce seuil était censé être atteint au plus tard en 2005!

Encore une ? Confronté au fait que les Saoudiennes n'ont toujours pas le droit de faire du sport dans les école publiques, malgré les engagement fermes pris par les autorités sportives de ce pays, Thomas Bach s'est contenté d' « espérer » une évolution positive...aux calendes grecques ?

Et le président du CIO de conclure son intervention sur un encouragement paternaliste: « profitez bien de votre conférence et envoyez-nous vos recommandations aussi vite que possible ».


Affligeant.


Contact presse : Annie Sugier, Linda Weil-Curiel (06 38 39 42 92)

Communiqué de

LIGUE DU DROIT INTERNATIONAL DES FEMMES, Association créée par Simone de Beauvoir,6 Place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris

COORDINATION FRANCAISE POUR LE LOBBY EUROPEEN DES FEMMES, 6 rue de la Rochefoucauld, 75009, Paris,

LIBRES MARIANNES,11 rue Caillaux, 75013 Paris

REGARDS DE FEMMES,63 rue Bossuet, 69006, Lyon




English version



COMMUNIQUEParis, 14 June 2014



Festival in Rio, non-event in Helsinki…LOL


Bad calendar luck? On the very day of the opening ceremony of the World Football Cup in Rio, one of the most publicized sports events in the world, another event took place in Helsinki, treated as wholly confidential by world media: the 6th Conference of the “International Working Group on Women and Sports”, celebrating the twentieth anniversary of the first international “Women and Sports” conference held in Brighton in 1994.

The gap between the “all importance” of a popular (male) sports event measured in terms of billions of TV spectators and the cosmic vacuum of the contents of international conferences on “Women and Sports” is flagrant.

The Helsinki Conference slogan :“Lead the Change, be the Change” is an almost exact copy of previous conference slogans: “Challenge the Change” in 1994, “Reaching out for Change” in 1998, “Investing in Change” in 2002, “Participating in Change” in 2006 and “Play, Think, Change” in 2010!

When will it be “CHANGE NOW”?

At the Conference opening, three sports organisations, among them the International Automobile Federation, proudly announced that they had signed the Brighton Declaration. It took them only twenty years to sign a list of good intentions!

As for the President of the International Olympic Committee, Thomas Bach, he congratulated himself because the leading bodies of the IOC now respect the minimal proportion of 20% women, in obedience to an IOC ruling dated 1996, addressed to the entire Olympic Movement. Yet, that level was to have been reached in 2005 at the latest!

One more item? Faced with the fact that Saudi women are still forbidden to practice sports in public schools, despite the firm commitments to that effect made by that country’s sports authorities, Thomas Bach contented himself with hoping for positive progress… in an unforeseeable future?


And the President of the IOC concluded his talk with this paternalistic encouragement: “Enjoy the discussions and send us your recommendations as soon as possible”.

Distressing, not to s ay depressing.


Press contact : Annie Sugier and Linda Weil-Curiel 00 33 (0)- 38 39 42 92

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71