LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Le travail des femmes

Madame Woerth vous n’auriez pas dû démissionner

COMMUNIQUE
Le 23 juin 2010

Il serait temps qu’on arrête de confondre mari et femme dans la vie publique, comme s’il s’agissait d’une même entité. Le règne du chef de la famille est terminé. L’a-t-on oublié ? Est-ce parce que Mme Woerth est une cadre supérieure et que son mari est un ministre qu’il nous faut accepter ces entorses au respect de l’autonomie des femmes ?

Une véritable information aurait consisté à savoir si Mme Woerth a ou non quelque responsabilité personnelle dans une affaire de fraude fiscale.

Une véritable information aurait consisté à savoir si M. Woerth a ou non conseillé à l’une des personnes au service de l’héritière Bettencourt – peu importe que cette personne s’appelle ou non Mme Woerth – comment échapper au fisc ou couvert des fuites de capitaux..

Sans doute faudrait-il que les femmes elles-mêmes commencent par donner l’exemple de l’autonomie en n’adoptant plus par facilité le nom de leur mari alors que leur nom demeure celui qu’elles ont à leur naissance. Sans doute faudrait-il que les médias et les politiques, hommes et femmes - ne cèdent plus à la mode « people » mettant en lumière le « couple » au lieu de ne s’attacher que celui ou celle qui est responsable d’une fonction.

Voilà pourquoi nous disons à Mme Woerth que si tout ce que l’on lui reproche c’est d’avoir fragilisé la position des son ministre de mari du fait d’activités qui lui sont propres, elle a eu tort de démissionner.


Annie Sugier

Présidente de la Ligue du Droit International des femmes

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71