LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Le travail des femmes

Retraites: les femmes premières victimes :

LABORATOIRE DE L'EGALITÉ : SIGNEZ LA PETITION "RETRAITE DES FEMMES : Réveillons-nous, toutes et tous, le projet de loi sur la réforme des retraites sera débattu devant l’Assemblée nationale en septembre. Le recul de l’âge légal de la retraite a accaparé toutes les attentions et a occulté un point fondamental : au terme de cette réforme, la situation des femmes, déjà bien pire que celle des hommes, sera encore aggravée"

La suite ci-dessous :.

Les pensions qu’elles obtiennent aujourd’hui par leur propre travail sont inférieures de 42% à celles des hommes. Ces pensions s’élèvent en moyenne à 825 € contre 1 425 € pour les hommes: 600 € d’écart ! Un peu moins de la moitié des femmes arrive à valider une carrière complète contre 86% des hommes retraités. Contrairement à ce qui est annoncé – puisqu’elles travaillent désormais «comme les hommes », elles toucheraient, à l’avenir des pensions «comme les hommes» – les inégalités vont persister: en 2040-2050, leurs retraites resteront inférieures de 30%, selon les projections.

Des inégalités qui ne peuvent se réduire au seul congé maternité

Les inégalités de retraite subies par les femmes sont la conséquence de leurs carrières hachées : taux d’activité plus faible que celui des hommes, chômage plus élevé, concentration dans les métiers peu reconnus socialement et financièrement, salaires inférieurs de 25% en moyenne, interruptions d’activité liées aux enfants et à la prise en charge des personnes âgées, temps partiel (30% des femmes en emploi).

Face à ces multiples sources d’inégalités, le projet de loi sur les retraites propose une mesurette : prendre en compte les indemnités journalières liées au congé maternité dans le calcul des droits à retraite ! Un bonus de 16 semaines sur 40 ans de vie active, quelle générosité !

La réforme entraîne les femmes vers la précarité et la dépendance.

Non seulement les inégalités qui expliquent la différence de situation des hommes et des femmes à la retraite n’ont pas été corrigées mais la réforme va les augmenter considérablement : alors qu’une partie des femmes devait attendre 65 ans pour toucher une retraite à taux plein sans décote, c’est maintenant l’âge de 67 ans qu’elles vont devoir attendre ! Cette mesure va donc frapper de plein fouet toutes les femmes qui, s’étant interrompues pour élever leurs enfants, devront travailler plus longtemps avant d’accéder à la retraite à taux plein. Sans compter toutes celles – et tous ceux – qui verront simplement s’allonger la période pendant laquelle ils n’ont ni travail ni droit de toucher leur pension.

Alors qu’elles forment déjà le gros des bataillons des allocataires du minimum vieillesse, gageons que le nombre de femmes pauvres augmentera encore.

Tour de passe-passe sur l’égalité professionnelle

De façon très surprenante, le gouvernement a glissé dans son projet de réforme un article (article 13) qui ne concerne pas du tout les retraites mais l’égalité professionnelle. Alors que les entreprises doivent mener des négociations dans ce domaine, seule une minorité s’y soumet réellement (moins de 10%). En 2006, les responsables politiques ont annoncé que les inégalités salariales n’existeraient plus en 2010 : on en est loin. Quand les progrès ne viennent pas naturellement, les sanctions deviennent malheureusement nécessaires pour stimuler les entreprises indifférentes.

Le projet de loi sur les retraites opère un tour de passe-passe : les entreprises qui ne produisent pas de rapport sur la situation des hommes et des femmes en entreprise seront sanctionnées, pas celles qui ne négocient pas. C’est un immense recul ! Par cette petite mesure, le gouvernement pourrait se croire dispensé, à l’avenir, de promouvoir l’égalité professionnelle.

Le Laboratoire de l’Egalité demande donc au gouvernement de :

* Produire une analyse par genre de l’impact de la réforme des retraites actuellement proposée.

* Corriger les inégalités actuelles et améliorer les retraites des femmes :

- augmenter les minima

- améliorer la validation des périodes de temps partiel ou d’interruption

- étendre le principe de la réversion aux conjoint-es pacsé-es

* Supprimer dans l’article 3 du projet de loi le report de 65 à 67 ans pour l’âge d’attribution de la retraite à taux plein.

* Engager une loi sur l’égalité professionnelle précisant enfin les modalités des sanctions prévues par la loi de 2006 pour « supprimer les écarts de rémunération ».

* Réduire les causes structurelles des écarts de salaire entre les femmes et les hommes :

- développer des modes d’accueil des jeunes enfants (créer 500 000 places)

- réformer le congé parental

- lutter contre le temps partiel subi et contre les discriminations

Pour signer la pétition, cliquez sur ce lien.

Soyons nombreuses et nombreux, faites passer le lien

http://laboratoiredelegalite.wordpress.com/petition/
Les premiers signataires

Cécile Daumas (journaliste et présidente du Laboratoire de l’Egalité), Armelle Carminati (présidente-fondatrice du réseau Accent sur Elles), Sabine Salmon (présidente nationale de Femmes solidaires), Dominique Méda (sociologue), Nathalie Tournyol-Duclos (présidente de l’association Administration moderne), Pascal Bernard (vice président de l’ANDRH), Olga Trostiansky (présidente de la CLEF, Coordination française pour le lobby européen des femmes), Caroline De Haas (Osez le féminisme!), Laure Jouteau (Osez le féminisme!), Corinne Hirsch (Laboratoire de l’Egalité)

 Lien : http://laboratoiredelegalite.wordpress.com/petition/

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71