LDIF, Ligue du Droit International des Femmes
A LA UNE LA LDIF VIOLENCES SPORT INTERNATIONAL
TRAVAIL CITES LAICITE MATERNITE CONTACT

LDIF > Liberté, Egalité, Fraternité... Laïcité

8 mars 17 féminisme & laïcité Questionnaire des VigilantEs présidentielle 2017

Féminisme & laïcité Questionnaire des VigilantEs à l’intention des candidat-e-s à l’élection présidentielle 2017
Les réponses seront publiées sur le blog avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Contexte 
Le 8 mars c’est la Journée Internationale de lutte pour les droits des femmes.
Les VigilantEs * sont préoccupées par le climat mondial de violences envers les femmes.
Les droits et libertés des femmes sont partout menacés par les conservateurs et les fondamentalistes religieux qui s’acharnent à repousser l’égalité femmes-hommes et même à anéantir ce qui semblait acquis, tels les droits à la contraception et à l’avortement, et l’éducation à la sexualité.

L’islam politique est aujourd’hui la principale menace mondiale contre les femmes. Il prive déjà nombre de femmes de leurs Droits Humains au nom des traditions et/ou de la religion. Il organise la soumission des femmes et cautionne le mariage des mineures et mariage forcé, la lapidation. Sous ses formes les plus extrêmes il institutionnalise le viol, l’enlèvement, l’esclavage sexuel, des enfantements pour le jihad, etc.

La confusion des idées s’est installée, elle conduit à ne plus faire de différence entre émancipation et servitude patriarcale. Nous affrontons le « féminisme islamiste » et ses allié-e-s, imposture qui en fonction de l’origine culturelle ou religieuse des femmes, porte atteinte à leur intégrité et plus généralement, aux droits des femmes.

Dans un tel contexte, nous souhaitons entendre les candidat-e-s à l’élection présidentielle sur les questions qui nous sont essentielles et relèvent de notre domaine spécifique d’intervention, à savoir féminisme et laïcité.

Questions adressées aux candidat-e-s à l’élection présidentielle :
Droits reproductifs : remboursement contraception / avortement, clause de conscience


Question : Le droit à l’IVG est inscrit dans la loi française mais il reste fragile car il existe maintes façons d’entraver son accès.
Vous engagez-vous sur la pérennité du remboursement de l’IVG et des soins qui lui sont afférents, sachant qu’aujourd’hui, ils sont remboursés à 100% ?

Question : Selon l’INED, 30% des femmes en France auront recours au moins une fois dans leur vie à un avortement *. Pourtant l’IVG reste le parent pauvre de la médecine, et nombre de médecins invoquent la clause de conscience pour ne pas en pratiquer. Dans les pays nordiques, les médecins lorsqu'ils s’engagent dans un cursus de gynécologie savent qu’ils pratiqueront tous les actes ayant trait à la vie reproductive et sexuelle des femmes, c’est-à-dire accouchement, avortement et suivi gynécologique.

Quelle place comptez-vous donner à l’IVG dans les formations initiales et continues des professionnel-les-s de santé ?

*(Bulletin INED janvier 2015, Institut national d’études démographiques).

Ecole : encadrement des écoles privées / Voile à l’université, dans les cours
Question : Des enquêtes ont révélé que des écoles privées dispensent des enseignements dangereux car contraires aux valeurs républicaines.
Pensez-vous revoir les critères d’ouverture des écoles privées en France, notamment celles hors contrat ? Si oui, que modifierez-vous en priorité ?

De quels moyens vous doterez-vous pour les contrôler régulièrement ?

Question : Dans certaines universités, le port du voile (que l’on suppose librement choisi) s’est répandu ces dernières années pour les étudiantes de religion musulmane, sur le campus et dans les cours, créant ainsi un apartheid genré dans une institution publique où les valeurs républicaines d’égalité femmes-hommes doivent être respectées.
Pendant les cours dispensés dans les universités publiques, ces étudiantes voilées participent ainsi à la pression psychologique exercée par des intégristes islamistes à l’encontre des enseignants et sur le contenu de certains cours (Sciences …).

Comment comptez-vous protéger l’enseignement universitaire de l’influence des dogmes et croyances (créationnisme…?)

Pensez-vous utile d’interdire tout signe religieux ostentatoire aux étudiant-e-s et enseignant-e-s, au moins pendant les cours ?

Le voile étant à la fois un signe religieux et un marqueur social d’un ordre sexué entre les hommes et les femmes, il contrevient au principe d’égalité. Pensez-vous l’interdire, au moins pendant les cours ?

Violences communautaires : mariage forcé, mariage des mineures, voilement des petites filles…  
Question : En Angleterre, au Canada, la politique dite des « accommodements raisonnables » a conduit à différencier les droits en fonction des origines, des religions, des communautés.
Considérez-vous que cette manière de sous-traiter aux communautés religieuses, les affaires civiles et familiales, soit légitime ?

Question : Des mariages sont contractés sous le régime de la charia, dans les camps de réfugiés en Irak, au Liban, en Jordanie, en Turquie, par un grand nombre de migrants. Il s’agit souvent de mariages forcés, le plus souvent avec des mineures. (Les jeunes filles pourraient contacter les autorités pour annuler les effets juridiques d’un mariage, contraire en France, à l’ordre public, mais sont-elles en mesure de le faire ?)

Quels moyens mettrez-vous en œuvre pour apporter toute l’aide nécessaire aux jeunes filles/femmes migrantes ?

Question : Depuis quelques années, on peut voir des fillettes entièrement revêtues d’un voile dans l’espace public.
Considérez-vous que cette tenue imposée par les parents soit une forme de maltraitance envers les petites filles ?

Dans l’affirmative, comptez-vous l’interdire ?

Les VigilantEs vous remercient pour vos réponses.
Recevez nos sincères salutations.

*Lien sur le blog des VigilantES : 

LDIF, La Ligue du Droit International des Femmes
6 place Saint Germain des Près 75005 PARIS France
Fax : +33.1.45.49.16.71